Messenger pour enfants, bof.

Facebook annonce la sortie d’un Messenger pour enfants. Ça vous intéresse de plonger vos enfants dans cet univers facebookien sans pub? Voici le topo.

À quoi peut bien servir un Messenger pour enfants? À parler à leurs amis ou à la famille? À jouer à des petits jeux de mauvaise qualité? À faire une guerre d’émojis? Et qui leur prêtera le téléphone qui servira à l’utiliser? Et que veut faire Facebook avec cette information?

Une messagerie pour enfants

Messenger Kids a été développé pour atteindre les enfants de 12 ans et moins qui n’ont pas encore le droit d’activer un compte Facebook. Ceux-ci pourront communiquer ensemble sur un smartphone ou une tablette dans une messagerie à laquelle les parents n’auront accès qu’avec leur consentement. En contrepartie, les parents seront avisés de tout changement dans les fréquentations pour un minimum de sécurité.

Quand on sait que les enfants dès six ans ont des tablettes dans les mains, on peut comprendre l’attrait pour la multinationale. Mais pour y voir un intérêt de notre côté, il faut faire abstraction de beaucoup de choses.

Le problème avec Facebook pour les enfants

D’abord, il faudrait faire abstraction du fait que Facebook est déjà reconnu pour exploiter les faiblesses des jeunes. J’en avais parlé ici.

Puis, il faut oublier que Facebook a une vocation lucrative. Si les créateurs de Messenger Kids vous assurent qu’ils ne soumettront pas vos enfants à des messages publicitaires, ils n’en accumuleront pas moins d’information.

Depuis des années, d’ailleurs, Facebook amasse de l’information à votre sujet et au sujet de vos proches. Ils savent tout ce que vous aimez et où vous allez. En demandant de “trouver des amis avec votre carnet d’adresse”, ils amassent aussi de l’information à propos de vos anciens voisins et de vos anciens collègues. Bref, ils développent tout un dossier qui laisse bien peu à l’imagination en ce qui vous concerne. Ce dossier servira à vous convaincre d’acheter et de faire bien des choses à l’avenir. Kashmir Hill avait écrit un article étoffé à ce sujet sur Gizmodo. N’hésitez pas à le lire.

Finalement, les enfants utilisent déjà mal les réseaux sociaux de base. Pour l’instant, ils s’en servent pour faire des photos d’eux-mêmes, cumuler les likes et se dire “OMG t’es trop trop belle”. Si vous trouvez une quelconque utilité à cette tradition de se pavaner pour se rassurer sur sa popularité, dites-le moi. Mais je pense que c’est plus abrutissant qu’autre chose.

Des alternatives

Des plateformes existaient déjà pour que les enfants communiquent entre eux. Lego Life, notamment, avait offert le même genre de service il y a quelque mois. Habouki aussi offre un service bien plus complet avec des conseils et un soutien psychologique.

Mais ce que les enfants préfèrent, en général, c’est parler dans un environnement ludique. Dans le jeu Transformice, par exemple, les enfants se parlent beaucoup. Nintendo permet aussi des modes de communication adaptés aux enfants et très bien surveillés.

À mon humble avis, que Messenger soit mis à la disposition des enfants par un géant de l’industrie sociale qui recherche uniquement à vous connecter sur son site et à vous y faire perdre un maximum de temps est inutile.

Mon verdict? Bof.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *