Pokemon Go : 10 choses à savoir pour les parents

Avez-vous besoin de comprendre cette folie qui s’est emparée de votre enfant et qui l’envoie au stationnement de la banque toutes les 5 heures ?

Ce n’est pas toujours facile de suivre les modes de jeux et de technologies, mais si vous n’avez pas compris ce qui s’est passé avec Pokémon Go, vous n’avez vraiment pas à vous sentir mal. C’est un cas à part.

En gros, Pokémon Go est un jeu qui consiste à attraper des Pokémon et à les entraîner. Il utilise Google Maps pour que les arènes se retrouvent à des endroits réels.

Pokémon Go est installé sur le iPhone de presque tous les gamers réguliers, de 10 à 90 ans et il n’est même pas encore sorti. C’est dire tout l’engouement qu’il a suscité. Pour vous aider à comprendre ce que ce jeu implique et ce qu’il faut dire à vos enfants, j’ai préparé la petite liste que voici.

Prudence avec Pokémon Go

Quand ils jouent à Pokémon Go, il faut suivre les enfants de près, surtout s’ils sont jeunes et turbulents. Les Pokémon apparaissent vraiment n’importe où et même si les enfants ont tendance à lever la tête de temps en temps pour s’assurer d’être en sécurité, il n’est pas impossible qu’ils s’emportent et courent n’importe où quand un Pokémon rare apparaît au beau milieu d’une route achalandée.

Dans_la_rue

Les falaises, routes et cours d’eau ne sont pas virtuels. Parfois, il faut le leur rappeler.

L’âge minimum pour jouer à Pokémon Go

Pokémon Go est destiné aux enfants qui ont 10 ans et plus, mais est très populaire chez les gens dans la vingtaine et la trentaine.

Le jeu est assez complexe quand vient le temps d’entraîner les Pokémon, de les faire évoluer et de parcourir de grandes distances. Ce n’est donc pas destiné aux plus jeunes. Par contre, les enfants de 5 à 10 ans peuvent bien chercher des Pokémon. C’est assez facile de lancer une Pokéboule et c’est valorisant, surtout quand tout le monde parle du jeu.

Imposez des pauses

C’est vraiment facile d’être accro à Pokémon Go, même pour les parents. On veut attraper des Pokémon rares, devenir le plus fort de l’arène, battre papa ou maman, être le plus fort du quartier, etc. On a donc de nombreux défis à relever et plusieurs heures de jeu en perspective. Il faut imposer des pauses à nos enfants en conséquence.

Pokémon Go, c’est bon pour les jambes…

Croyez-le ou non, ce jeu donnera envie aux enfants de marcher souvent. Pour faire éclore un œuf, déjà, il faut marcher de 2 km à 10 km. Et ça, c’est sans compter tout ce qu’il faut marcher pour trouver les Pokémon qui se cachent sous des petites feuilles qui bougent et se déplacent.

Aux États-Unis, deux filles sont même parties en kayak pour atteindre une arène qui se trouvait dans l’eau.

kayak 

C’est mauvais pour la batterie

Soyez-en conscients, ce jeu est extrêmement énergivore. Mon iPhone se décharge à la Vitesse grand V et devient très chaud quand je joue à Pokémon Go. Ce n’est pas grave quand vous jouez près de la maison et quelques minutes à la fois, mais c’est bon à savoir si vous vous éloignez un peu de votre bloc de recharge.

Attention aux endroits louches

Pokémon Go fournit une familiarité qui pourrait pousser les enfants (et les adultes !) à prendre des risques. Les ruelles louches le sont encore. Les stationnements isolés sont encore risqués au beau milieu de la nuit. Des vols de téléphone ont d’ailleurs été commis aux États-Unis par des gens qui attiraient les joueurs en utilisant l’encens qui attire les Pokémon. J’ai aussi remarqué que les enfants ont bien moins peur de partir seuls dans le noir quand il y a un Pokémon à la clé. Bref, soyez vigilants.

Nuit_pokemon

Chasser les Pokémon ou conduire, il faut choisir

De nombreux accidents ont déjà été rapportés. Il ne faut ni texter, ni jouer à Pokémon Go en conduisant. D’ailleurs, à Neuchâtel, quelqu’un a foncé dans une voiture de patrouille en cherchant Pikachu. Il ne devait pas se trouver bien fin en expliquant tout ça à Monsieur l’agent. Évitez donc de jouer avec vos enfants au volant.

Il y a déjà des endroits qui en ont leur claque

S’il y a un Pokéstop au salon de coiffure du coin et que le propriétaire n’est pas du genre à apprécier que des dizaines d’enfants aillent squatter son terrain (voire son commerce) chaque jour, il est possible que votre enfant se fasse avertir.

D’ailleurs, plusieurs autres endroits prennent très mal le fait d’être un point critique de Pokémon Go. Les policiers de Sherbrooke, par exemple, demandent aux chasseurs d’arrêter d’entrer sur leur stationnement par effraction pour attraper des Pokémon. Le Musée de l’holocauste de Washington a aussi un peu de difficulté à supporter les adeptes de Pokémon Go qui font des blagues douteuses au sujet des chambres à gaz. 

Le jeu est maintenant disponible au Canada

Le jeu n’était pas encore sorti et tous les journaux en parlaient. Vous vous demandiez surement comment le prendre. Maintenant qu’il est disponible, vous n’avez qu’à le télécharger gratuitement.

J’adore le phénomène. C’est rassembleur, c’est drôle et ça allège l’atmosphère avant même d’avoir atteint son apogée.

Pour vous donner une idée de ce que ça donne quand tout le monde joue, voici ce qui arrive quand un Pokémon rare apparaît à Central Park.

On a le droit d’apprécier des choses…

J’entends beaucoup de gens se plaindre des joueurs de Pokémon et essayer de ridiculiser leur jeu. C’est pourtant un excellent jeu qui ouvre la porte à plein de possibilités et c’est rare qu’on assiste à quelque chose d’aussi rassembleur. On a le droit d’aimer des choses. Ne soyez pas les rabat-joie que vous aviez peur de devenir quand vous étiez jeunes.

Et vous, jouez-vous ? Quels Pokémon se trouvent le plus souvent près de chez vous ? Où est votre arène ? Quelle équipe avez-vous choisie et pourquoi?

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *