Moins de pub grâce à Netflix

En écoutant la télé, nous sommes encore et toujours confrontés aux pauses publicitaires.

Ces pauses s’insèrent dans tout le contenu qui nous est proposé. Les chaines ont tellement à cœur de vendre de la pub, que certaines émissions sont même présentées en accéléré pour gagner quelques secondes de précieuse publicité.

Comme les enfants nord-américains entre 2 et 18 ans regardent en moyenne 1,8 heures de télévision par jour et que les postes de télévision passent 14 minutes et 27 secondes de pub de l’heure, vos enfants sont exposés en moyenne à 150 heures de publicité télévisée par an selon une étude d’Exstreamist. C’est énorme!

Résultat ?

Les enfants voient donc beaucoup de messages publicitaires et ce, même si on dit que les messages ne s’adressent pas directement à eux.

On a beau dire que la publicité directe est interdite aux enfants de moins de 13 ans, ça n’empêche pas les compagnies de promouvoir des produits qui s’adressent à eux. Des capsules Gardasil, par exemple, sont présentées aux heures familiales.

Ils ne sont pas non plus à l’abri des slogans. Moi même, je chante encore « On n’a jamais assez de Sugar Crisps » et « Le Regina Steamer Car-pet cleaner » après 25 ans. Mes enfants reconnaissent des produits nettoyants et ils savent que tel chocolat contient la moitié moins de sucre. Ils chantent aussi la chanson de Barbie’s Resto bar grill en passant devant le restaurant.

Bref, ils absorbent tout. C’est entre autres pour ça qu’on n’écoute presque plus la télévision chez nous. On préfère choisir ce qu’on regarde.

Avec Netflix, ça n’arrive pas

Quand vous et vos enfants écoutez les mêmes émissions sur Netflix, ça n’arrive pas. Johnny Test n’est pas entrecoupé de publicités d’outils de cuisine. Ladybug ne se fait pas interrompre par un vendeur de coussinets de chaise.

Bref, c’est 150 heures par année de publicité à laquelle vos enfants ne seront pas soumis. C’est 130 heures dans le cas d’un adulte.

Ces heures sont autant d’heures de moins à se faire exclusivement bourrer le crâne de slogans et d’offres incroyables. C’est une semaine de vie qu’on sauve par année.

À mon avis, la question ne se pose plus. Mieux vaut éviter la télé quand on a le choix.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *