Se débrouiller dans Dishonored : Death of the Outsider

Est-ce que j’entends des fans se demander si un Dishonored sans Corvo est bien un Dishonored ? Est-ce que j’entends les autres se demander ce que c’est que ce jeu ou comment tuer les soldats mécaniques ?

 

Dishonored est un jeu dans lequel la vengeance est un plat qui se mange froid. Le premier opus commençait par le meurtre d’une impératrice sous les yeux de Corvo, son bras droit, que nous incarnions.  Il fallait la venger et nos choix dictaient la santé des concitoyens. Plus Corvo était cruel, plus la peste se répandait et plus les gens étaient malheureux.

Dans le deuxième, c’est un coup d’État qui a obligé le joueur à choisir entre Corvo et sa fille pour sauver la cité et venger la famille. J’en avais parlé en long et en large ici.

Death of the Outsider, c’est autre chose. On y suit Billie Lurk, la propriétaire du Dreadful Whale dans Dishonored 2 et celle qui avait un œil et un bras (ou pas !) selon nos choix.

Cette petite voleuse des bas quartiers doit maintenant trouver Daud. (Et accessoirement éliminer l’Outsider). Mais comme d’habitude avec le Grand Vide, tout n’est pas noir ou blanc.

 

La stratégie et le mode de jeu

Comme d’habitude, Dishonored n’offre pas un immense univers dans lequel des milliards de trésors sont cachés. Il offre plutôt un petit univers divisé par chapitres dans lequel les trésors sont précieux et très bien cachés.

L’objectif ultime, pour ceux qui cherchent des défis, c’est de terminer chaque chapitre sans tuer personne ni se faire voir. C’est extrêmement difficile, encore plus que dans les deux jeux précédents, et ça permet de jouer plus longtemps et de savourer chaque scène.

Comme d’habitude, l’ambiance est bien travaillée. Les chuchotements, la musique rare et dramatique et les pouvoirs sont parfaitement au point.

Les dialogues sont parfaits, les graphiques aussi et l’idée de laisser traîner des journaux et des lettres ici et là est excellente. C’est ce qui fait le lien entre les trois Dishonored et c’est aussi ce qui permet de se sentir vraiment plongés dans l’univers de Karnaca.

Il faut dire que les décors sont également les mêmes que dans Dishonored 2. Les habitués n’auront donc pas trop de difficulté à retrouver les chemins secrets. Préparez-vous donc à retourner au Conservatoire Royal.

 

Les nouveautés de Death of the Outsider

Dans les deux Dishonored précédents, deux choix s’offraient aux joueurs : être violents ou être discrets. Dans celui-ci, il est possible d’être encore plus discret, ce qui donne un troisième niveau de jeu. Et c’est nécessaire de l’être pour remplir certains contrats qu’on retrouve chez les marchands alors que d’autres réclament une grande violence.

Ces contrats sont une autre nouveauté et ils compliquent vraiment la tâche quand vient le temps de choisir entre la gentillesse et la cruauté. Par exemple, si un contrat vous demande d’assassiner un mime, le ferez-vous ? Et si ça vous permettait d’acheter tous les charmes d’os ?

Les pouvoirs sont également un peu différents de ceux de Corvo ou Emily.

Les pouvoirs

Comme dans tous les Dishonored, vous pourrez éventuellement vous téléporter avec Transfert.

Vous pourrez aussi prendre l’apparence des personnages que vous avez endormis avec Semblance. C’est très difficile d’en faire usage sans être repéré par les confrères de la personne en question, mais c’est souvent très utile. 

Finalement, vous pourrez identifier et marquer des objets ou explorer les alentoursen toute discrétion avec Prescience.

La bonne nouvelle, c’est que le pouvoir du vide se remplit au complet sans potion. Contrairement à ceux de Corvo qui nous compliquaient la tâche. Vous pouvez également choisir de ne pas utiliser de pouvoirs du tout pour obtenir d’autres trophées.

Quelques infos en vrac

Les rats

Billie sait parler aux rats. Elle a grandi près des égouts après tout ! Et ces petites bestioles macabres vous donneront des indices et des missions supplémentaires entre deux commentaires sur les délices de la chair. Écoutez-les bien !

 

Les soldats mécaniques

Comme avant, il faut attaquer la tête des soldats mécaniques pour qu’ils arrêtent de nous attaquer. Par contre, si vous n’avez pas endormi les gardes, ils se feront attaquer, ça fera du bruit et ça constituera de la violence. Pour être totalement silencieux, il est donc préférable d’éviter totalement les soldats.

 

Les contrats

J’en ai parlé plus tôt, mais n’oubliez pas de récupérer les contrats à la boutique. Ils sont souvent très payants (en argent ou en charmes d’os) et difficiles à accomplir, ce qui ajoute une sérieuse couche d’intérêt à ce jeu.

 

Les ascenseurs

Comme d’habitude, les ascenseurs sont les amis des gens discrets. Utilisez judicieusement les trappes qui mènent sur leur toit et vous n’aurez plus à vous soucier de vous faire repérer par les gardes ou les soldats mécaniques. Ou presque. Vous pouvez aussi les faire tomber en cassant les câbles qui les soutiennent. Parfois c’est utile, parfois pas.

 

La philosophie derrière Dishonored

Les réflexions philosophiques de Dishonored nous mènent dans les bas fonds de la société et l’essence de notre existence. C’est si intéressant d’un point de vue philosophique que c’est une réflexion sur la nature de l’Outsider qui a menée à l’embauche d’un des rédacteurs, Hazel Monforton.

 

Mission Le casse : être discret la banque

C’est assez difficile d’entrer dans la banque sans se faire remarquer des gardes qui traînent dans la cour, surtout si vous ne jouez pas au niveau Facile. Malheureusement, il est nécessaire d’être absolument silencieux pour accomplir le contrat Les joies du détroussage.

Pour y arriver, vous devrez fouiller le garde avant que l’alerte ne soit sonnée. Vous pouvez donc attirer son attention en bousculant les gardes qui se tiennent dans la porte principale et en profiter pour vous cacher dans le bâtiment qui se trouve à la gauche de son poste de surveillance. Ensuite, vous pourrez voler la lettre en vous cachant derrière le muret qui longe le bâtiment de gauche. C’est très difficile à faire, mais vous pouvez y arriver. Une fois que ce sera fait, vous pourrez endormir tout le monde sans vous soucier de l’alarme.

Ensuite, vous devrez :

 

  • Voyager par les airs jusqu’à la falaise pour prendre la clé et revenir à la zone d’entretien.
  • Entrer dans les égouts, étrangler le concierge et le vétéran qui passe par là, prendre la clé et dévisser les deux trappes.
  • Utiliser le monte-charge en transportant de l’huile de baleine d’un bout à l’autre de la cour intérieure. C’est très difficile sans violence et sans se faire remarquer. Terminez Les joies du détroussage Mais c’est cette mission qui vous permettra de verser le pavot dans la bouche d’aération qui se trouve sur le toit. La suite de la mission sera nettement plus facile si vous y arrivez.

Une fois à l’intérieur, vous pourrez faire vite ou tout fouiller. Si vous avez endormi tout le monde, ce sera plus facile. Les seules difficultés que vous aurez seront de ne pas réveiller les gardes, d’éviter les pièges électriques en vous déplaçant très vite et de ne pas attirer l’attention des soldats mécaniques. Sauvegardez souvent !

Au Conservatoire Royal

Prenez le temps d’ouvrir des fenêtres au conservatoire. Ça vous aidera à voyager d’un étage à l’autre plus facilement.

Aussi, n’oubliez pas d’utiliser Semblance. Si vous ne voulez pas tuer tout le monde pour terminer un des contrats, Semblance vous fera sauver beaucoup de temps. Une soeur pickpocket prend moins de temps qu’une Billie Lurk qui étouffe huit soeurs.

Bref

J’ajouterai des stratégies à l’occasion. D’ici là, n’hésitez pas à poser des questions ou raconter votre expérience dans les commentaires. On peut même parler du sens de notre existence, de sectes et du Grand Vide, si vous en avez envie.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *